Un renard citadin... et pas toujours très coopératif à Nivelles

Ceux qui ont déjà essayé de photographier d’un peu près un renard ou qui tentent de déjouer les tours de Goupil lorsqu’il s’intéresse d’un peu trop près à un poulailler savent que la ruse que l’on attribue à l’animal n’est pas qu’une légende… Mais il y a sans doute quelques exceptions et vendredi, un renard qui s’était introduit dans la cour d’une habitation du boulevard Charles Vanpée, à deux pas du centre de Nivelles, ne parvenait manifestement pas à en sortir tout seul.

-
 Le renard qui s’était vendredi introduit dans une cour, au boulevard Charles Vanpée y était coincé. Il a dû être endormi par un vétérinaire.
Le renard qui s’était vendredi introduit dans une cour, au boulevard Charles Vanpée y était coincé. Il a dû être endormi par un vétérinaire. ©ÉdA

Les pompiers locaux ont été appelés pour donner un coup de main à ce renard affectionnant un peu trop les expéditions urbaines. L’intervention ne s’est pas faite sans mal puisqu’un des hommes du feu a été mordu par l’animal. Comme l’intervenant portait des gants, il n’a pas été trop touché.

La police locale, qui s’est rendue également sur place, a alors contacté le bourgmestre Pierre Huart afin de trouver un vétérinaire disposant du matériel et des compétences pour endormir le renard, et ainsi pouvoir le capturer avec un peu plus de facilité.

Le problème, c’est que vendredi était un jour férié. Et que tous les professionnels qui exercent dans la cité des Aclots ne disposent pas du matériel pour ce type d’intervention. Finalement, un des vétérinaires du Centre VetAlliance, à la rue de l’Archiduc, a pu répondre favorablement à l’appel du maïeur aclot et s’acquitter de cette mission sortant un peu de l’ordinaire.

Une fois le Goupil envoyé temporairement dans les vap', il a été placé dans une cage pour être transporté au centre de revalidation L’Arche, à Bousval.