Nivelles: une fuite d’eau provoque des fissures mais aussi un effondrement à la Maillebotte

Deux immeubles du boulevard de la Résistance sont désormais inhabitables, suite à un affaissement. En cause, un « cavage » dû à une fuite d’eau.

Vincent Fifi

Une partie du boulevard de la Résistance a été temporairement fermée à la circulation, vendredi après-midi, tandis que les pompiers et la police étaient sur place. L’alerte avait été donnée par des habitants qui ont vu apparaître des fissures dans les murs de leur habitation. Après examen de celles-ci par les pompiers et par une architecte de la Ville, il a été décidé que les occupants ne pourraient pas loger sur place, en attendant des certitudes sur l’origine du phénomène et donc sur sa potentielle aggravation.

Deux maisons, les numéros 102 et 104, ainsi que le 106 qui est en réalité un immeuble de quatre appartements, sont concernés. Au 104, les fissures sont moins inquiétantes et les habitants pourront rester sur place. Par contre, le 104 et le 106 sont inhabitables et des scellés ont été apposés sur l’entrée de la maison pour matérialiser l’interdiction d’y habiter.

Dans l’urgence, vendredi après-midi, tout le monde a pu trouver une solution d’hébergement temporaire, à l’exception d’un couple de personnes âgées. Le bourgmestre, Pierre Huart, et la présidente du CPAS, Colette Delmotte, se sont rendus sur les lieux dans l’après-midi et se sont entretenus avec les habitants concernés. Un appartement a été proposé par le CPAS mais finalement, après contact avec son assureur, le couple pourra loger à l’hôtel.

"Ce matin, j’ai entendu des bruits sourds, j’ai d’abord cru à l’explosion d’un pétard, ou une porte qui claque, explique le propriétaire du 104, qui habite dans la maison depuis une quarantaine d’années.Puis je me suis aperçu qu’il y avait des fissures dans la chambre située à l’avant. J’ai téléphoné à mon assurance mais on m’a répondu qu’il fallait attendre 14 h. Entre-temps, il y a eu de nouveaux bruits, et des fissures sont apparues sur la façade et dans le hall d’entrée. Mon voisin est venu sonner, parce qu’il y avait des problèmes chez lui aussi…"

Les services d’urgence d’ORES (pour le gaz) et de la SWDE (pour l’eau) ont été appelés pour procéder à des vérifications. Les services communaux se sont également rendus dans le quartier pour poser des barrières mais finalement, après un premier examen des dégâts, il avait été décidé que la circulation sur le boulevard pouvait reprendre.

Le sol s’effondre… sous les pieds d’un policier

Voilà où en était la situation vers 16h. Mais alors que les intervenants étaient toujours sur place en fin d’après-midi, le sol situé à l’entrée de l’immeuble à appartements, sur le côté extérieur du bâtiment, s’est effondré… sous les pieds d’un policier! Heureusement, celui n’a pas été blessé mais le trou, de près de trois mètres de long, est impressionnant.

De quoi comprendre l’origine du sinistre à propos de laquelle, jusque là, plusieurs hypothèses circulaient. Il s’agit manifestement d’un "cavage" suite à une fuite d’eau, c’est-à-dire d’une quantité de terre qui a été emportée par l’eau s’échappant d’une canalisation souterraine, sans que cela soit visible en surface avant l’affaissement

Vers 19h, la SWDE travaillait toujours sur place, et le boulevard était à nouveau fermé.