"Voilà, je vends de la coke!"

Quatre mois avec sursis et une amende ferme de 8 000€ pour avoir amené de la cocaïne dans une soirée et vendu le reste au petit matin.

Vincent Fifi

En mai 2020, la police de Braine-l'Alleud a reçu une dénonciation anonyme à propos d'un supposé trafic de cocaïne, animé par trois personnes qui habitaient ensemble à la même adresse en ville. Il était question de transactions dans le parc du Centre et après avoir pris quelques renseignements, les enquêteurs se sont rendus dans le logement en question, où étaient effectivement inscrits les trois suspects. Ils n'y ont pas trouvé de stupéfiants mais bien des traces de consommation, ainsi qu'une pipe à eau et de l'ammoniaque. Un couple dont la dame a avoué consommer de manière assez régulière était présent, et il est apparu que c'est le tiers qu'ils hébergeaient qui avait amené chez eux, deux jours auparavant, quinze boulettes de cocaïne. Cet homme n'est pas consommateur mais une soirée était prévue à l'adresse, et il s'y est présenté – après avoir déjà pas mal bu dans l'après-midi en compagnie d'autres invités, dans la région de Charleroi. Tout le monde s'est donc retrouvé à Braine et l'homme, sous l'influence de la boisson, a montré les stupéfiants en disant "Voilà, je vends de la coke!"