Détention arbitraire de sa compagne

Fabian Lannoye, l’avocat de Yassine O., un Tubizien âgé de 29 ans, a eu fort à faire pour tenter de rattraper la mayonnaise qui tournait eu égard aux préventions de coups d’une part, de détention illégale et arbitraire de l’autre, ainsi qu’en raison de l’attitude de son client peu respectueux des usages en vigueur dans une chambre correctionnelle où la moindre des choses est d’être poli et respectueux.

J.VD.

La substitue du procureur du roi Olivia Cuylits le lui fit d’ailleurs observer dans son réquisitoire. Elle épingla les 25 antécédents qui décorent le casier judiciaire d’un prévenu copie conforme du «mâle dominant». Elle requit une peine de dix-huit mois de prison ferme puisque les jugements antérieurs pour faits de violences (trois ans en 2018, 40 mois en 2019), assortis d’un sursis probatoire, ont été sans effet. Or donc, le 1er décembre 2019, alors qu’il conduisait leur voiture dans le centre de Bruxelles, une énième dispute pour une bêtise indisposa Imane qui tenta de quitter l’habitacle alors que le véhicule était à l’arrêt face à un feu rouge. Elle en fut empêchée. Le conducteur prit la direction d’une rue étroite où, selon elle, elle lui donna plusieurs coups et réussit à arrêter le moteur. Il empêcha sa compagne de sortir une dizaine de fois du véhicule, via des clefs de bras ou en lui tirant les cheveux. Elle parvint finalement à ses fins à un arrêt de bus. Elle ira déposer plainte le lendemain. Elle la retirera sur intervention de la mère de Yassine, mais la justice suit son cours. La déposition enregistrée à la police de Tubize est longue de plusieurs pages où sont narrées des scènes de coups depuis 2015. «Je voulais la calmer, elle se fait influencer par son entourage, des gamines. Elle ment. À présent, on est chacun de son côté…» Fabian Lannoye plaida une peine de probation autonome ou une peine de travail. Jugement le 6 octobre.