Le beau magot de la stripteaseuse

Une stripteaseuse hérite d’une assurance groupe d’un ami, mais elle ne paie pas les droits de succession et l’argent s’évapore.

Jean VANDENDRIES

Peu banal, le dossier examiné en correctionnelle à Nivelles. Une femme, qualifiée de stripteaseuse par les parties civiles, bénéficie d’une manne céleste de 946 000€, produit d’une assurance groupe souscrite par une relation qui décède le 17octobre 2006 et qui l’a désignée par disposition testamentaire. Voilà qui, en net, représente 809 000€ sur lesquels il s’impose de payer des droits de succession qui, en Région wallonne, se montent à 80% lorsque l’on n’est pas héritier direct. Le notaire chargé de la succession transmet la déclaration en mars 2007 et invite l’intéressée à s’acquitter de ses obligations.