Deux ans fermes pour un incendie volontaire

Le tribunal correctionnel de Nivelles a condamné vendredi Marco F., un habitant de Court-Saint-Étienne né en 1966, à deux ans fermes. L’homme avait, par vengeance, tenté d’incendier un restaurant après avoir appris que sa compagne de l’époque, qui travaillait dans l’établissement, le trompait. La condamnation a été infligée par défaut, et le prévenu n’avait plus droit au sursis.

ALB
COR
CYA

Dutant l’enquête, Marco F. avait indiqué qu’il avait vu rouge en apprenant que sa compagne le trompait. À l’audience, le ministère public avait fustigé son attitude particulièrement dangereuse.