Jodoigne: «Pièce manquante», ou quand le grand âge ne rime plus avec naufrage

Claire de Viron publie « Pièce manquante », son deuxième roman. Une histoire basée sur un récit de vie, où le grand âge n’est plus un naufrage.

Marc Welsch
 Claire de Viron s’est aventurée en terrain miné pour conter la fin de vie de Charles, mais la légèreté de son roman sauve la mise.
Claire de Viron s’est aventurée en terrain miné pour conter la fin de vie de Charles, mais la légèreté de son roman sauve la mise. ©ÉDA

"Tout part de l’histoire" , disait l’acteur Jean Gabin, à qui on demandait ce qui fait un bon film. C’est précisément ce qui fait la réussite de Pièce manquante , le roman de Claire de Viron, avec ce petit plus que son récit s’est inspiré de la fin de vie d’un proche. Écoutons-la. "Un jour, raconte cette Piétrinoise de 68 ans, quand je suis allée lui rendre visite dans une maison de soins, il était en colère, amer, désabusé. Mais alors que sa vue baissait et que sa respiration s’essoufflait, il devenait de plus en plus lucide et nuancé. Lui qui avait longuement œuvré à l’entrée du Royaume-Uni dans l’Europe voyait son rêve s’écrouler par la faute du Brexit."