Les 3 braqueurs belges condamnés à 6 ans de prison en France

Le trio belge poursuivi pour cinq braquages commis en France a écopé vendredi de six ans de prison.

Th. L.
Les 3 braqueurs belges condamnés à 6 ans de prison en France
Les braqueurs belges avaient utilisé une arme de poing, ainsi qu’un couteau. ©AFP

La cour d’assises de l’Aude, en France, a frappé fort, ce vendredi, en condamnant sévèrement trois jeunes braqueurs en série qui ont défrayé la chronique judiciaire, entre le 30 octobre et le 6 novembre 2019. Quentin D., 24 ans (de Waremme), Aurélien N., 23 ans (de Jodoigne), tous deux actuellement détenus sous les liens du mandat d’arrêt, et Shelina P., 20 ans (de Nassogne), placée sous contrôle judiciaire, étaient ainsi poursuivis pour cinq méfaits, allant d’une tentative de vol avec arme en passant par des braquages de commerces, dans quatre départements transfrontaliers du sud de la France.

À l’audience, où ces trois jeunes comparaissaient sous bonne escorte, l’avocat général avait rappelé la gravité et la violence des faits. Parmi les victimes figuraient notamment une cliente qui était tombée dans les pommes en apercevant les voleurs ou encore des caissières traumatisées. L’une d’elles n’a jamais repris son travail.

L'avocat général avait requis une peine de 7 ans d'emprisonnementà l'encontre de tous les accusés, l'interdiction de territoire de séjour en France "ou a minima dans les départements où ils ont agi" pendant 5 ans. Et l'interdiction de porter ou de détenir une arme. À l'issue de plusieurs heures de délibération, la cour d'assises a condamné le trio belge à 6 ans de prison chacun, comme l'expliquent nos collègues du quotidien français L'Indépendant. Shélina Palattela, sous contrôle judiciaire depuis le 2 avril 2020 après avoir effectué quatre mois de détention provisoire, a été placée sous mandat de dépôt.

Le trio, qui avait pris l’habitude de se réfugier dans les hôtels de Catalogne après chaque braquage pour y mener la belle vie et s’adonner à la consommation de stupéfiants, a été interpellé le 9 novembre 2019 à la barrière de péage du Boulou, à leur retour d’Espagne. Leur voiture, repérée lors de chaque vol, était recherchée.