Corbiau dans la peau d’un castrat

Comédien et contre-ténor, Dominique Corbiau endosse les habits de Filippo Balatri, castrat à la cour du tsar Pierre le Grand.

Ariane Bilteryst
Corbiau dans la peau d’un castrat
Accompagné de cinq musiciens, le contre-ténor Dominique Corbiau offre à la Valette son premier spectacle de chant lyrique.

Filippo Balatri n’était pas un chanteur particulièrement talentueux (1682-1756), mais il a laissé des mémoires très complets, un document unique et très éclairant sur ce qu’était la vie des castrats à cette époque.

Balatri, ce jeune Italien a la virilité sacrifiée, doté d'une voix de soprano, a inspiré un spectacle original au comédien et contre-ténor belge Dominique Corbiau (NDLR: le cousin de Gérard Corbiau, réalisateur de Farinelli). Présenté dans une première version longue baptisée Les Fruits de monde, il revient avec Le Rossignol du tsar, une version plus intimiste et courte, qui se concentre sur le premier voyage de Filippo Balatri, lorsqu'il est vendu en Russie à Pierre le Grand. Il restera attaché à sa cour durant six ans.

«C'est une expérience fondatrice pour cet enfant qui n'a alors que 9 ans, explique le chanteur Dominique Corbiau. Balatri est offert au tsar qui rêve de faire de Moscou une grande cour à l'occidentale. Le gamin y restera jusqu'à ses 15 ans. Il a un rapport privilégié avec le tsar, pour lui c'est presque sa famille. Pourtant, le gamin qui vient d'Europe doit faire face à une forme d'obscurantisme. La confrontation avec cette culture est extrêmement violente. Il n'est pas bien accepté. Après six ans, il sera revendu et offert en cadeau au Khan des Kalmouks, en tant que merveille occidentale.»

Utilisant le théâtre et le chant lyrique, Dominique Corbiau plonge les spectateurs dans cette fin de XVIIe siècle durant une heure. Avec sa voix de contre-ténor, il interprète des morceaux qui lui sont chers, puisés dans le répertoire italien: Alessandro Scarlatti, Giovanni Legrenzi, Antonio Lotti, Antonio Vivaldi, Francesco Gasparini, Leonardo Leo, et Georg Friedrich Haendel.

Il sera accompagné dans son voyage par les cinq musiciens de la Camerata Sferica: Laura Pok (flûte à bec et viole de gambe), Ariane De Bievre (traverso et percussions), Richard Sutcliffe (violon et viole de gambe), Raphaël Collignon (clavecin), Fabrice Holvoet (théorbe et guitare baroque).

«Le Rossignol du Tsar», les 7, 8 et 9 novembre, à 20 h, au Théâtre de la Valette, à Ittre. Réservations: 067 64 81 11, info@theatrelavalette.be.Aussi le 29 novembre à Mouscron et le 6 mars 2020 à Spa.