La Valette: «Le Souper» ne va pas nous réconcilier avec nos politiques

Le Théâtre de la Valette présente «Le Souper», de Jean-Claude Brisville. Une fabuleuse joute verbale imaginaire entre Fouché et Talleyrand.

Ariane Bilteryst
La Valette: «Le Souper» ne va pas nous réconcilier avec nos politiques
On a peu l’habitude de voir Michel Wright sur scène. Il endossera pourtant non seulement le rôle du metteur en scène mais aussi celui de Fouché, face à Jean-Philippe Altenloh, qui incarne Talleyrand.

C'est ce qu'on peut appeler une valeur sûre du théâtre. Depuis sa création à Paris en 1989, Le Souper, – joute verbale jouissive entre deux politiques, imaginée par Jean-Claude Brisville -, a immédiatement connu le succès. Il faut dire que la pièce était plutôt bien servie du côté de sa distribution. Portée sur les planches avec brio par deux comédiens hors normes, Claude Brasseur (Fouché) et Claude Rich (Talleyrand), elle s'était vue décerner quatre Molière en 1991.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...