Lutte intégrée pour les fraises et agroforesterie pour les cultures

Marié, père de cinq enfants dont l’aîné a repris l’activité «fraises», Ferdinand Jolly a toujours travaillé dans les vergers de son père.

N.M.
Lutte intégrée pour les fraises et agroforesterie pour les cultures
Fermes ouvertes ©ÉdA

«Enfants, pendant les vacances, on devait travailler dans les vergers où on avait des pommiers, des poiriers et des pêchers. Mais moi, j’étais attiré par les grandes cultures.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...