«Je pilotais la nacelle de désincarcération»

Eddy Stache, pompier, n’est pas près d’oublier ce jour-là. «Une désincarcération en hauteur, on ne fait pas cela tous les jours…»

L.S.

Pompier depuis 40 ans, Eddy Stache, Grézien, avait 20 ans «de bouteille» quand l'accident de Pécrot s'est produit. «Je suis toujours pompier volontaire. Ce jour-là, je suis arrivé dans les premiers sur place avec l'autoélévateur. Un véhicule imposant qu'il a fallu guider dans les petites rues du village où plusieurs véhicules étaient mal garés. Un accès difficile qui demandait toute mon attention. Mais à un moment, j'ai levé les yeux et j'ai vu ce V inversé: les deux trains l'un au-dessus de l'autre. Je garderai cela en tête toute ma vie. On se dit: la journée va être longue…» Mais pas question de réfléchir. «On sait qu'on est là pour faire notre travail… On se concentre car c'est clair, les opérations seront délicates. Il a fallu procéder à la désincarcération des blessés, puis des personnes décédées. Je pilotais l'engin aérien, dans la nacelle, pour amener les équipes de secours au plus près. Des manœuvres délicates pour ne pas toucher le train.»