«Il y a comme un sentiment de culpabilité»

Vingt ans après la catastrophe ferroviaire, les villageois ont toujours du mal à parler de ce drame qui a marqué Pécrot à jamais.

«Il y a comme un sentiment de culpabilité»
À la hauteur des lieux de l’accident, les riverains ont veillé à placer des arbustes et des fleurs. ©ÉdA
L.S.

Habitante de Pécrot depuis toujours, c’est le sanglot dans la voix que cette dame, la cinquantaine, se remémore cette journée qu’elle n’oubliera jamais.