«On n’a pas de solution»

La majorité se donne un an pour trouver une solution à ce problème qui lui semble inextricable. «C’est un vieux bâtiment que l’on a rajeuni.

R.I.

L’intérieur est magnifique et lumineux. Mais il est inadapté pour des classes d’immersion, constate Alain Clabots, bourgmestre. Nous avons dépensé 1,4 million d’euros pour 111 m2 de surface disponible supplémentaire. Les élèves auront un réfectoire de 34 m2. Le repas se fera donc en quatre services: quatre séries d’enfants devront se suivre pour pouvoir manger à midi. Le projet initial a été mal conçu et pas assez réfléchi. Il y a des manquements de A à Z.»