Chemin 21 : «La Commune doit agir !»

De nombreuses associations réagissent à la décision du juge d'accepter que le chemin n°21 passe au domaine privé, incitant la Commune à réagir.

Laurent SAUBLENS

«La décision du juge nous semble dans l'état actuel de nos connaissances du dossier ne pas tenir compte des prescrits de la cour de cassation. Le pouvoir communal détient tous les éléments utiles et nécessaires pour préserver ce chemin, bien public, de la prescription. Elle doit pour ce faire aller en appel de la décision du juge de paix ! » Réunis par un communiqué commun, ils sont nombreux, les responsables d'associations à souhaiter une réaction des autorités communales.»

Sur le communiqué, on retrouve donc des acteurs de terrains mais aussi des responsables comme Albert Stassen représentant Itinéraires Wallonie ASBL, Christine Paillet, représentante de Action Environnement Beauvechain ASBL, Christophe Danaux, coordinateur de Sentiers.be ASBL, Danielle Blancke, représentante du Groupe sentiers des amis du parc de la Dyle, Denis Marion représentant Trop de bruit en Brabant wallon ASBL, Dimitri Dewilde, secrétaire de la locale Écolo Grez-Doiceau, Jacques Stenuit représentant les Amis du parc de la Dyle ASBL, Julia Verbiest, membre du Gracq ASBL et de différentes associations environnementalistes, Julien Taymans, membre de différentes associations naturalistes, Marie Smets, membre de la plate-forme citoyen-grez-doiceau.be et de différentes associations environnementalistes, Monique Kisteman-Milgrom, représentante du Groupe sentiers de Chaumont-Gistoux ASBL, Paul Gruszow, membre de la Commission locale de développement rural de Grez-Doiceau et Philippe Dendoncker, membre des Amis de la butte ASBL. «Quand un chemin se ferme, c'est de la vie et de la mémoire qui s'en vont », résument-ils.

Le Chemin 21 à Guertechin relie des villages de Grez-Doiceau à Beauvechain (via Hamme-Mille). Il a donc fait l'objet d'une action en justice visant la sortie du domaine public au profit d'un propriétaire riverain par prescription. À plusieurs reprises, l'avocat du demandeur et les représentants du collège communal de Grez-Doiceau se sont retrouvés devant la juge de Paix de Jodoigne, avec à chaque fois, dans l'assistance, de nombreux représentants des défenseurs des chemins. La Juge de paix vient de faire part de sa décision. Elle considère que le riverain, la SA La Fresnaye, peut s'approprier le bien public sans devoir indemniser qui que ce soit.

«Elle ne semble aucunement avoir pris en compte les arguments développés par les nombreux citoyens ou associations qui avaient répondu à l'enquête publique, enquête publique pourtant ouverte à sa demande. Elle n'a pas suivi la Cour de cassation qui stipule dans un arrêt de 1994 que le candidat acquéreur doit prouver que personne n'était passé sur le chemin depuis trente ans, même sporadiquement. Nous encourageons nos élus et singulièrement le collège des bourgmestre et échevins, à agir concrètement, tant au niveau juridique que pratique, pour la défense de notre patrimoine. Sans cela, un des éléments constituant cette ruralité dont chacun se présente comme un défenseur viendra à disparaître.»