L'égouttage collectif : nécessaire mais...

Peu de gens étaient informés de la réunion pour le passage en zone d'assainissement collectif. Désagréments prévus...

«Est-ce que cela sera la foire ? Je ne le pense pas.» Le bourgmestre Alain Clabots est confiant quant au bien-être à venir des habitants de Néthen. Le village tout entier est concerné par le projet de modification du Plan d'assainissement par sous-bassin hydrographique (PASH) Dyle Gette. Il est en effet prévu que Néthen passe de zone d'assainissement transitoire à collectif et autonome. «Ce sera beaucoup mieux que les systèmes individuels qui ne sont pas toujours optimaux à l'heure actuelle. Notre discours a été bien entendu auprès de l'IBW et de la région. L'IBW a donc proposé un rapport favorable pour un passage en mode collectif.» Néthen, village de 2000 âmes à Grez-Doiceau, ne dispose pas d'un raccordement aux égouts, à quelques exceptions prêts.

Aujourd'hui, avec l'enquête publique, c'est le principe qui doit être adopté, une enquête technique suivra en cas d'accord afin de déterminer les implantations exactes. Une station d'épuration et la pose de collecteurs sont prévus par l'IBW, alors que la Commune devra se charger de la pose des égouts.

L'IBW prévient toutefois : tout ne se fera pas en une seule fois. «Ce sont des travaux gigantesques sur plusieurs années qui attendent les habitants de Néthen. Au mieux, les premières enquêtes techniques débuteront en 2014 ! D'ici là, toutefois, la Commune peut, si le PASH est modifié, déjà procéder à la pose d'égouts dans le cadre de plan triennal. »

Les investissements sont conséquents puisqu'il est prévu un budget de trois millions pour la station alors que le collecteur coûtera entre 850 et 1000 euros le mètre (1,5 km de prévu). Pour l'égouttage, la Commune compte sur des subsides afin de limiter les coûts.

Les quelques habitants présents pour la réunion de concertation restent dubitatifs. Ils regrettent le manque d'information pour la réunion pourtant importante pour le village : «Pourquoi ne pas avoir fait un toute boîte ? Il n'y a pas beaucoup de monde, il fallait le savoir que cette réunion avait lieu !» Alain Clabots a répliqué timidement en rappelant que l'enquête publique mentionnait l'information. «Tout le monde n'a pas l'internet, ont rétorqué les habitants. On aurait dû être dix fois plus nombreux ce soir...» L'inquiétude des Néthennois porte sur le coût que cela engendrera mais aussi les dégâts et désagréments qu'ils vont subir durant les travaux. à ce stade, la seule certitude est le montant de la redevance unique : 250 ¤ auxquels il convient d'ajouter l'installation d'une chambre de visite et le raccordement sur les propriétés. Alain Clabots a également avoué qu'il serait plus logique que les tuyaux passent derrière les habitations, en fond de propriétés. Une estimation de l'emprise en sous-sol sera décidé par un comité indépendant.

Bémol, ces travaux ne solutionneront pas les inondations récurrentes dans le village...

L. S.