Applaudi 1 250 fois, « Est-ce qu’on ne pourrait pas s’aimer un peu ? » joue la dernière à Genappe

Ce succès qui tourne depuis 22 ans n’a pas pris une ride. Il terminera son voyage au Monty de Genappe ce samedi 14 janvier à 20 h 30.

Patricia Davies
 Serge Bodart au piano, a accompagné Éric De Staercke et Sandrine Hooge durant plus de 20 ans, sur ce spectacle.
Serge Bodart au piano, a accompagné Éric De Staercke et Sandrine Hooge durant plus de 20 ans, sur ce spectacle. ©ÉDA – 60401728441

"Est-ce qu’on ne pourrait pas s’aimer un peu ?" est un phénomène scénique, un ovni signé par le Théâtre Loyal du Trac, porté par Éric De Staercke, Sandrine Hooge et Serge Bodart, et mis en scène par Jaco Van Dormael. Cet étonnant spectacle doit autant au cirque qu’au cinéma muet. Il recourt régulièrement au mime, à la cascade, à la grimace et au silence pour donner naissance à une magie qui ne s’est jamais démentie en vingt ans de tournées et 1 250 représentations données à travers le monde. Au moment où le trio s’apprête à monter une dernière fois sur scène ce samedi soir, revenons sur les prémisses de cette belle aventure.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...