La 5G recalée sans analyse scientifique

La Ville de Genappe est également concernée par le déploiement de la 5G, annoncé le 1er avril dernier par la société Proximus: «Même si c’est dans une moindre mesure que d’autres communes, il convient de rester prudent par rapport au déploiement de cette technologie.

M.D.

C’est la raison pour laquelle le collège communal a décidé d’interpeller la ministre de l’Environnement, Céline Tellier, et la société Proximus. Nous demandons à Proximus la plus grande transparence quant à ses intentions de déploiement de la technologie sur le territoire wallon et demandons des garanties que les Communes et ses citoyens y seront associés. Quant à la ministre wallonne de l’Environnement, nous lui demandons de bien vouloir nous informer des mesures qu’elle entend prendre pour répondre aux interrogations soulevées par le déploiement de cette nouvelle technologie dans le respect de la déclaration de la politique régionale: les nouveaux déploiements technologiques en matière de transmission des données (5G et autres) se feront après évaluation sur le plan environnemental (notamment l’impact sur la biodiversité et la faune), de la santé publique (en se basant notamment sur les études existantes qui analysent les incidences sur la santé des populations exposées), de l’efficacité économique, de la sécurité des données et de respect de la vie privée. La mise en œuvre de la 5G respectera les conditions du décret du 3 avril 2009 relatif à la protection contre les éventuels effets nocifs et nuisances provoqués par les rayonnements non ionisants générés par des antennes émettrices stationnaires».