«Quand je serai grande, je serai vétérinaire!»

Enfant, Alexandra Tondeur ne se voyait pas devenir triathlète professionnelle mais plutôt vétérinaire.

V.S.
«Quand je serai grande, je serai vétérinaire!»
Alexandra Tondeur entourée des quatre chiens de la maison. ©ÉdA

«Si le triathlon n'avait pas croisé ma route, je me serais certainement orientée vers les études de vétérinaire plutôt que celles d'éducation physique.» Si parfois, Alexandra se dit qu'elle retournerait bien sur les bancs de l'école pour préparer sa reconversion, elle chasse vite l'idée en pensant à sa sensibilité face à la maladie et à la mort. «En tant que vétérinaire, on voit beaucoup de choses affreuses… Très sensible, j'ai beaucoup de mal à contrôler mes émotions et voir les animaux souffrir m'est insupportable!»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...