Chaumont-Gistoux: le fil rouge de son projet, c’est de créer du lien

En 2019, Marie Van den Berghe a lancé Lady Success. Son objectif? Aider les entrepreneurs à se faire connaître grâce à la stratégie de contenu.

Julie MOUVET
Chaumont-Gistoux:  le fil rouge de son projet,  c’est de créer du lien
Sociale et curieuse, Marie Van den Berghe a lancé son entreprise il y a deux ans, avec laquelle elle aide les entrepreneurs. ©Virginie Bastien

Il y a deux ans, Marie Van den Berghe a créé Lady Success. Spécialiste en marketing de contenu, elle a pour objectif d'aider les entrepreneurs dans le développement de leur stratégie de contenu. Passionnée d'écriture depuis toujours, elle adore écrire et raconter des histoires. Elle suit alors des études de journalisme à l'ULB. «Je me voyais grand reporter, parcourir les quatre coins du monde pour vivre des aventures formidables qui nourriraient mon imaginaire», sourit-elle. Se rendant compte que ce n'est pas vers cela qu'elle s'orienterait, elle commence une carrière en marketing et communication. «Ce qui me permettait de garder ce côté créatif car le texte a beaucoup d'importance, tout en ayant une approche de l'entreprenariat beaucoup plus intéressante. J'ai fait ça pendant une quinzaine d'années.» Elle quitte ensuite son travail pour partir au Vietnam avec son mari, qui a une opportunité professionnelle sur place. «Pour la première fois de ma vie, je me retrouve sans emploi, dépendante financièrement et avec beaucoup de temps, donc je me suis dit: génial, je vais me concentrer sur ma passion, l'écriture.» Marie relance le blog qu'elle avait mis de côté depuis la naissance de ses enfants, mais «fondamentalement sociale», elle a besoin de créer des contacts et organise des ateliers d'écriture créative. «J'ai rencontré des tas de femmes d'expat qui étaient ravies de ces ateliers. Une d'entre elles m'a dit qu'elle aimerait apprendre à écrire pour son business. C'est là qu'est né mon premier atelier destiné aux femmes entrepreneuses pour les aider à créer leur discours de marque et à être cohérentes dans leur communication. C'est la petite graine qui a lancé l'idée en 2015. En 2016, on est revenu en Belgique, on a divorcé. Ça a pris encore deux ans avant que je ne me dise que je voulais vraiment faire ce que j'aime.» C'est comme ça que naît Lady Success.