Réfugiés: l’expérience positive de la ferme Rose

Dix jeunes soudanais du parc Maximilien ont été accueillis à la ferme durant un mois grâce à un bel élan citoyen.

L.S.

Durant un mois, via un petit collectif et la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, dix jeunes soudanais du parc Maximilien ont trouvé asile dans les locaux de la ferme Rose, à Dion. Laurent Deutsch explique: «Tout s'est superbement bien passé avec ces dix Soudanais. Cela s'est déroulé dans le respect. Tout d'abord celui des riverains dont certains avaient quelques inquiétudes, ce que l'on peut comprendre, mais au final ils se sont à peine rendu compte de leur présence.» Le respect du protocole sanitaire a été bien suivi. «Nous étions très stricts à ce sujet mais les jeunes ont été super. Ils ont profité de ce mois à Dion pour se poser, souffler, manger et dormir en sécurité.» Une belle mobilisation citoyenne a vu le jour. «De nombreux villageois de Chaumont nous ont rejoints à des degrés divers: pour le ravitaillement, en tant que chauffeur, etc. On n'a pas pu accepter tous les coups de main. On a constaté un engagement de beaucoup de gens.»