Mais où volent les hélicos de Beauvechain?

Les Agusta A-109, basés à Beauvechain , survolent la région surtout lorsqu'ils décollent et atterrissent. Leur nuisance sonore devrait être limitée, assure la base.

Quentin Colette
Mais où volent les hélicos de Beauvechain?
12604565 ©© REPORTERS

Depuis fin septembre, les 27 hélicoptères Agusta A-109, installés avant à Bierset, sont désormais basés à Beauvechain. Depuis on peut donc observer ces hélicos dans le ciel brabançon, en plus des avions Marchetti servant à l'écolage des pilotes militaires.

«Un Agusta n'engendre pas plus de bruit qu'un Marchetti. Selon moi, il en fait même moins, assure le colonel Robert Brecx, commandant de la base de Beauvechain. Les hélicos engendrent 77 décibels, soit un décibel de plus qu'une voiture.» De quoi rassurer les habitants de la région. D'ailleurs l'arrivée des Agusta ne semble pas, pour l'instant, entraîner de réactions particulières, si ce n'est quelques riverains, notamment installés à Piétrebais, à quelques encablures du bout de la piste, qui se sont plaints du bruit auprès du bourgmestre de Beauvechain.

Le colonel Brecx de préciser que les hélicos voleront peu au-dessus de la province. Ils peuvent survoler toute la Belgique, hormis quelques zones protégées, comme une centrale nucléaire par exemple. Mais en général, soit ils partiront en mission - «on est là pour être déployé» - , soit à l'entraînement dans l'une des neuf zones d'entraînement réparties sur le royaume : «une à l'est de Beauvechain, une autre au nord, et les autres en Ardenne. En cela, rien ne change pour les pilotes.» Sauf que maintenant, ils décollent et atterrissent de Beauvechain. «Nous avons créé un circuit supplémentaire pour que les Agusta ne croisent pas les Marchetti. Les hélicos vont vers le nord, au-dessus de Nodebais, Tourinnes-la-Grosse. Ce circuit compte trois points de sorties, dont un au-dessus de Gastuche, pour quitter la zone de Beauvechain. Les avions partent vers le sud, au-dessus de Piétrebais.»

20 à 25 sorties quotidiennes

Après avoir décollé, dans la zone contrôlée par la base, les engins doivent voler à 900 pieds, soit 200 mètres au-dessus du sol.

Les hélicos devraient voler près de 6 000 heures par an, dont seulement 1 000 à 1 200 heures au-dessus de la région, précise le colonel Brecx. Ce qui implique 20 à 25 sorties par jour, mais quasiment jamais le week-end. Quant aux vols de nuit, il n'y en aura pas entre juin et août. Ils n'auront jamais lieu après minuit et en hiver, ils se concentreront entre 18 et 21 h.

«Nous essayons de ne pas passer au-dessus des agglomérations. Les plans de vol ont été conçus pour perturber le moins possible les habitants», souligne le commandant de la base.