La friterie "J'ai la patate" à Villers-la-Ville est en difficulté: "je veux trouver une solution", dit sa tenancière Alexandra Carcan

Le propriétaire du terrain a des projets. Alexandra doit plier bagage d’ici le mois de juin.

Jolan D’Hooghe
La friterie "J'ai la patate" à Villers-la-Ville est en difficulté: "je veux trouver une solution", dit sa tenancière Alexandra Carcan

Il en faut beaucoup pour abattre Alexandra Carcan. Toujours le sourire aux lèvres, la détermination dans les yeux et la force de vaincre. Si ce n’est pas toujours facile de garder espoir, la patate, elle l’a ! L’amour de la frite, elle ne l’a pas eu tout de suite, elle est tombée dans le bain (d’huile) un peu par hasard. Esthéticienne, entrepreneuse, elle a le souci du travail bien accompli. Elle possède son propre centre en plein cœur de Nivelles. En journée, elle s’occupe du bien-être corporel et le soir propose le fleuron de la gastronomie belge à de nombreux gourmands. Une histoire improbable qu’elle ne pensait jamais écrire un jour.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...