RÉTRO 2022 - Septembre : Couper l’éclairage public pour atténuer les effets de la crise énergétique

Est-il bien nécessaire d’éclairer les rues durant toute la nuit ? Cette question, le bourgmestre de La Hulpe, Christophe Dister (MR), comme bien d’autres, se la pose en plein cœur de la crise énergétique en septembre dernier. Tout le monde, toutes les Communes cherchent à atténuer les effets de la hausse des coûts énergétiques.

Nicolas Mamdy

Parmi les pistes, la coupure de l’éclairage public pendant une partie de la nuit, option qui sera débattue et qui sera retenue par bien des Communes, option qui pose aussi la question de la responsabilité des bourgmestres en cas d’accident lors d’une coupure volontaire de l’éclairage public. "On estime que, pour l’année prochaine, le coût de l’éclairage public va être multiplié par cinq. Pour La Hulpe, on prévoit de passer de 108 000 € à 550 000 € pour l’année. C’est impayable", précise Christophe Dister d’autant plus que les Communes vont devoir faire face à d’autres augmentations comme celles dues aux indexations des salaires du personnel communal. Bref, il faut faire des économies et l’équilibre est parfois difficile à trouver entre ces économies et l’insécurité que pourrait provoquer la coupure de l’éclairage public.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...