Ramillies travaille sa mobilité

L’échevine de la Mobilité a fait part des améliorations souhaitées à l’organe de consultation de bassin de mobilité.

Laurent SAUBLENS
 La majorité souhaite ramener le «point de mobilité» (point de connexion de différentes lignes de bus) à la gare de Ramillies, pour y avoir un mobipôle.
La majorité souhaite ramener le «point de mobilité» (point de connexion de différentes lignes de bus) à la gare de Ramillies, pour y avoir un mobipôle. ©ÉdA

chaque réunion de consultation villageoise, la réaction est la même, quel que soit le village, lorsque nous évoquons le nombre de bus passant chaque jour (en semaine) dans les villages. C’est pas possible…" Échevine de la Mobilité, Mireille Benoit prépare pour Ramillies une réforme de la mobilité dans l’Est du Brabant wallon. "Oui, il y a bien 50 bus qui passent chaque jour à Autre-Église. Mais souvent, on ne les voit pas parce qu’on ne les prend pas. Régulièrement, ils sont vides et l’inadéquation de l’offre avec les besoins est régulièrement mise en avant (temps de trajet, mauvaises correspondances, heures inadéquates…) Cela explique en partie la faible utilisation et la méconnaissance de leurs fréquences. Si nous prenons la période de janvier à fin juin 2021, il y a eu 1 961 montées et descentes à la gare de Ramillies, soit un nombre moyen de validation par jour de 12,9 personnes."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.