«Pas d’urgence» à discuter de la taxe kilométrique bruxelloise

La Wallonie n’a pas accepté de discuter « en urgence » du projet de taxe kilométrique bruxelloise. Si celle-ci est mise en place, elle impactera les automobilistes navetteurs brabançons wallons.

Arnaud Huppertz
 La Région bruxelloise veut réduire le trafic automobile sur son territoire.Cela veut aussi dire réduire le nombre d’automobilistes qui s’y rendent chaque jour.
La Région bruxelloise veut réduire le trafic automobile sur son territoire.Cela veut aussi dire réduire le nombre d’automobilistes qui s’y rendent chaque jour. ©AFP

La Wallonie n’est pas pressée d’évoquer le projet bruxellois de taxe kilométrique "SmartMove" en comité de concertation (Codeco). La Région bruxelloise aurait aimé inscrire ce point en urgence à l’ordre du jour du Codeco de 2 juin dernier. Mais la Région wallonne a refusé, comme l’a expliqué le ministre wallon de la Mobilité Philippe Henry (Écolo) au député Olivier Maroy (MR): "Il y avait une demande insistante de la Région bruxelloise à inscrire le point SmartMove en urgence, rapporte le ministre. Étant donné le caractère sensible de dossier, le point n’a pas été évoqué. Il semblait prématuré de considérer une décision sans préparation préalable du dossier et surtout sans comprendre la volonté bruxelloise en la matière."