Le père Flahaut fait sa tournée depuis 25 ans

Le ministre d’État a fait le tour, la nuit de Noël, de 24 lieux au service du public. Seul à bord de son auto chargée comme le traîneau du père Noël.

L.S.
Le père Flahaut fait sa tournée depuis 25 ans
André Flahaut, mardi soir, lors de son passage à l’Amicale des corps de sauvetage (ACS) de La Hulpe, l’une des 24 étapes de sa tournée de la nuit du réveillon de Noël. ©ÉdA

Ce 24 décembre, cela fait 25 ans que, le soir du réveillon, André Flahaut parcourt le Brabant wallon afin de rendre visite aux courageux travailleurs des services de police, pompiers, hôpitaux, prisons, etc. qui travaillent le soir du réveillon. «Une manière de reconnaître le caractère indispensable des métiers qu'ils exercent et de les remercier pour le courage dont ils font preuve dans l'exercice de leurs fonctions.» Et que l'on ne s'y trompe pas, c'est seul, au volant de sa voiture, que le ministre d'État effectue cette tournée de 24 lieux répartis à travers toute la province. «C'est une action personnelle. Quelques fois, certains le font avec moi… J'ai débuté en 1994 lorsque j'ai été élu député. Noël est une fête de famille mais plein de gens se mettent à la disposition des autres, car ils sont de garde.» Chaque membre du personnel au travail reçoit deux pralines et, lorsque les groupes sont conséquents, un ballotin est également offert. Et lorsqu'il croise un enfant, des peluches sont également offertes. «Je suis également passé aux Quatre Vents à Nivelles, où l'on s'occupe de familles en difficulté. Là, j'ai offert un panier de fruits. À la clinique Saint-Pierre d'Ottignies, j'ai croisé un enfant en pleurs, avec probablement l'épaule démise. Lorsque je lui ai offert une peluche, il s'est de suite calmé. La petite attention a fait son effet, il a eu un petit moment de répit…» Depuis 1994, André Flahaut en a connu des anecdotes. «Une année, j'ai fait la tournée la nuit du 28 au 29, car la neige était trop importante avant le 28. Et lorsque j'étais à la Défense, un collaborateur me remplaçait car j'étais avec les militaires en opération.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.