Un empire européen aux pieds d’argile

Comme auparavant, les troupes napoléoniennes accumulent les victoires en 1809: l’Autriche, appuyée par la Russie, attaque l’empire sans déclaration de guerre; après les défaites d’Eckmühl (22 avril); d’Essling (21 et 22 mai), et surtout de Wagram (5 et 6 juillet), elle est forcée de demander grâce.

Philippe Leruth

Le traité de Vienne (appelé aussi de Schönbrunn) doit marquer la paix définitive (le 14 octobre), d’autant que, depuis l’année précédente, Napoléon et le tsar Alexandre sont alliés.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...