Sens unique au zoning: on en reparlera en juillet

Le plan de circulation au sein du zoning de Sombreffe a été modifié depuis un an. Ce n’est donc pas nouveau mais cette décision suscite encore des réactions (voir L’Avenir du 14 avril).

Th.C.
Sens unique au zoning: on en reparlera en juillet
Après avoir fait l’objet d’une pétition envoyée au collège et à la zone de police, le plan de circulation du zoning de Sombreffe s’est invité au conseil communal. Il fera l’objet d’un point lors d’une séance ultérieure. ©ÉdA – 501363014282

Cette fois, c’est la conseillère Françoise Halleux (Écolo) qui aborde le sujet par une question orale. Contrairement à ce que le bourgmestre pense, tout n’est pas rose. La preuve? Une pétition signée par 130 personnes adressée au collège et à la zone de police et qui met en exergue les difficultés et dangers lors de la sortie du zoning. «Quand les automobilistes veulent quitter le zoning pour aller vers Ligny, en tournant à gauche, ils doivent couper la Nationale. Quand la circulation est dense, et que la visibilité est en plus rendue difficile par un véhicule à même hauteur voulant tourner à droite, ils doivent soit attendre parfois très longtemps, soit changer de bande et tourner à droite pour aller jusqu’au rond-point et retourner vers Ligny. Cela ajoute alors du trafic supplémentaire vers le rond-point et contribue à l’engorgement de celui-ci. Pour quitter le zoning et aller vers le rond-point, ils doivent prendre la bande de lancement qui est courte et très abîmée. Celle-ci est aussi difficilement accessible pour les poids lourds car le tournant est trop serré», résume Françoise Halleux. Prenant un ton moralisateur, Étienne Bertrand constate: «Mes efforts de pédagogie n’ont pas suffi. Vous utilisez la question orale qui n’est pas faite pour susciter les débats. Pour ce faire, vous auriez dû déposer un point supplémentaire à l’ordre du jour. Ce point concernant la circulation dans le zoning sera abordé au conseil communal de juillet, à l’occasion de la présentation du plan de circulation. Et sachez qu’il n’y a eu aucun accident grave en 18 mois.»