La vie après le maïorat (16): Philippe Leconte à Sombreffe, la passion des gens comme des champs

Son renvoi en minorité n’a pas traumatisé Philippe Leconte, passionné par son métier de fermier.

La vie après le maïorat (16): Philippe Leconte à Sombreffe, la passion des gens comme des champs
130 hectares de terres, 130 bêtes : «Ce n’est pas une exploitation énorme, mais elle nous a toujours permis de vivre.» ©ÉdA – Florent Marot
Samuel Sinte

«J’ai toujours dit que je n’étais pas un bon politicien. Je ne sais pas mentir, faire des promesses que je ne saurai pas tenir. Je suis quelqu’un de franc et j’ai fait de la politique pour me mettre au service des gens, parce que j’aime le contact et les relations humaines.»