L’accent sur la formation

Trente-sept des 46 moniteurs qui encadrent les plaines y ont participé en tant qu’enfants. Parmi les rares exceptions, il y a Amélie Lebrun qui fête cette année une présence de dix ans à la plaine de Tongrinne.

Th.C.
L’accent sur la formation
Amélie Lebrun (au centre), une exception, avec Rudy Barbier, Olivier Romain, Amandine Busiau et Océane Van Eenoo. ©ÉdA – 40475808557

«J’ai commencé comme aide monitrice lorsque j’avais 13 ans, a-t-elle expliqué. J’ai toujours été présente sur le site de Tongrinne, en compagnie des petits à partir de deux ans et demi. En tant que puéricultrice, c’est une tranche d’âge qui me plaît particulièrement. Ici, c’est une vraie famille avec une excellente entente entre les moniteurs et une bonne ambiance de travail». Par ailleurs, 18 moniteurs ont suivi toutes les formations et 21 vont les terminer. «C’est le résultat d’une volonté mise en place depuis deux ou trois ans, a expliqué Olivier Romain, l’échevin en charge de ces plaines. L’accent est mis sur la formation, comme l’illustre également la présence de trois stagiaires, Solène, Albane et Loïc. C’est la concrétisation de la convention de partenariat signée afin de soutenir un projet mis en place conjointement par l’ASBL Animagique, qui organise des formations d’animateurs et de coordinateurs de centre de vacances, et l’Athénée royal de Gembloux, qui propose une filière d’éducateur dès la 3e année du secondaire».