La famille Singh veut rester et ouvrir un restaurant indien à Sombreffe

Depuis trois ans,une famille sikh est en Belgique. Après Hotton, c’est Sombreffe où elle s’épanouit et fait le vœu d’y rester définitivement.

Thierry CRUCIFIX

«Entrez, prenez place dans la cuisine. Car avant de parler ensemble, je veux vous faire découvrir la cuisine indienne, et plus précisément celle de la région dont nous sommes originaires. » Joignant le geste à la parole, Balwinder Singh sert du riz basmati, du daal (des lentilles à l'indienne) et du shahi panneer (plat de fromage à l'indienne, riche et plein de saveurs dans lequel on retrouve, entre autres, du cumin, du gingembre, de la coriandre, des oignons, de l'ail.). L'œil attentif, il attend le verdict et le «c'est délicieux!» lui ouvre un large sourire. «C'est mon rêve: que nous puissions, ma famille et moi, recevoir notre titre de séjour définitif et alors, j'ouvrirai un restaurant indien et ferai découvrir les saveurs de notre cuisine!» Voilà plus de trois ans que la famille de Balwinder Singh est arrivée en Belgique. «Le 15 mars 2015», précise-t-il. À ses côtés, son épouse, Harpreet Kour, et sa fille, Asees Kour. Une famille qui va s'agrandir quelques semaines plus tard avec la naissance à Marche-en-Famenne de leur fils, Pranwat Singh. Ils ont fui le Pendjab, un état indien de plus de 50 000 km2, situé au nord-ouest de l'Inde. Balwinder Singh et sa famille sont sikhs et ont comme religion le sikhisme, une religion monothéiste fondée dans le nord de l'Inde au XVe siècle par le Gurû Nanak. Dans un pays où une écrasante majorité des habitants a comme religion l'hindouisme, ils se sentent marginalisés.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.