Mahia domine le « Vals et Châteaux »

Quand il s’aligne, Sébastien Mahia ne vise qu’une seule place. C’est le vingt-deuxième succès du Jambois cette année.

Sombreffe, c’est seulement la sixième des neuf courses obligatoires qui permettent de figurer au classement du challenge Vals et Châteaux, dont le Jambois Sébastien Mahia a fait un objectif. Pas question donc qu’il s’y ménage et, comme la victoire lui rapporte le maximum de points, il se l’est appropriée.

Toutefois, avec les autres challengers, l’écart de points varie selon le chrono et, donc, Mahia ne se contente pas d’un succès contrôlé, il assume un tempo le plus élevé possible pour faire la différence. Voici ce qui explique que sur les quatorze kilomètres du nouveau tracé de cette course, il a décroché son rival direct dès le troisième pour terminer avec plus d’une minute d’avance sur Gianni Guido en lutte serrée ensuite avec le vétéran Van Reusel et Damien Dehu. Ces trois-là sont classés dans un écart de dix secondes, après avoir slalomé en rejoignant les attardés de la petite distance.

Ledieu émerge sur 7 km

C’est le vingt-deuxième succès du Jambois qui, le samedi précédent, ne s’est pas contenté d’une victoire facile le matin à Tamines mais a doublé sur 8 km à Havré l’après-midi!

Dans le top 10, on trouve Jean Lamour précédent le triathlète jemeppois Olivier Lange en pleine préparation pour sa participation au championnat du monde en Australie et qui sera présent à la prochaine compétition aux lacs de l’Eau d’Heure.

Bien encadrée par des équipiers de club, la Gembloutoise Charlotte Guisset s’est offert un succès féminin, elle qui était talonnée par l’aînée Nicole Deville.

Si la participation massive des athlètes du club de Fleurus et des sportifs et sportives locales (275 féminines pour les deux courses) a finalement porté à 727 le nombre de concurrents, sans compter plus d’une centaine d’enfants, commence à poser le problème de l’accueil des participants. Mais, cette année, la pluie n’a donc pas freiné les ardeurs dans des courses légèrement allongées.

Sur la distance de près de sept kilomètres, Pascal Ledieu qui a mis quinze jours pour récupérer d’un trail namurois qui l’a éprouvé, a émergé devant Christophe Geens, un habitué des deuxièmes places, devant trois espoirs.

Sur cette même distance, la jeune et petite Ophélie Weber termine à une belle quinzième place avec deux minutes d’avance sur l’aînée Florence Goffinet, 1re aînée 1, Fabienne Knott, 1re A2 et Ghislaine Schiettekatte, 1re A3.