Sambreville la chaleureuse aussi envers les réfugiés Ukrainiens

La Commune s’est mobilisée pour accueillir les réfugiés de guerre. Une trentaine de familles se sont portées volontaires pour héberger des Ukrainiens en fuite. 28 autres sont logés via le CPAS.

Samuel Sinte
Sambreville la chaleureuse aussi envers les réfugiés Ukrainiens
28 réfugiés ukrainiens, dont une moitié d’enfants, sont hébergés dans l’ancienne maison de repos de Tamines (photo d’illustration) ©AFP

Le texte de la motion votée à l’unanimité par le conseil communal de Sambreville lundi soir détaille sur sept pages la position de ce dernier à propos la guerre en Ukraine. Il y dit, en résumé, sa condamnation de l’agression russe, sa solidarité avec le peuple ukrainien et sa demande au gouvernement fédéral de tout faire pour peser dans le conflit et le faire cesser.

Cette motion risque malheureusement fort peu de faire trembler Vladimir Poutine et de peser dans les échanges diplomatiques. Mais elle n’est pas que symbolique pour autant. La Commune y dit aussi son engagement à aider à sa mesure les réfugiés ukrainiens. Et à ce niveau, la mobilisation a été rapide, concrète et non-négligeable.

Trente familles volontaires

En réponse à des questions orales de Marie-Christine Fisette (PS) et Clotilde Leal-Lopez (cdH + ), le bourgmestre a fait le point de la situation: "Sambreville mérite encore une fois son surnom de la chaleureuse", se réjouit Jean-Charles Luperto, saluant notamment la trentaine de familles qui se sont rapidement portées candidates pour accueillir un ou plusieurs réfugiés suite à l'appel relayé sur la plate-forme communale. Le Fédéral ayant demandé à toutes les entités locales de se mobiliser pour trouver des lieux d'hébergement, Sambreville a, pour sa part, mis à disposition 9 chambres et un espace de vie communautaire dans l'ancienne maison de repos du CPAS de Tamines. Ces locaux ont été aménagés avec l'aide du CHRSM, de la zone de secours, de la Croix-Rouge et des compagnons dépanneurs. 28 personnes, dont à peu près la moitié d'enfants, y sont accueillis en ce moment. Une quinzaine d'autres personnes réfugiées ont également été prises en charge par des citoyens sur leur propre initiative privée, hors donc de l'appel lancé par Fédasil via la Commune.

L’aide locale ne se limite pas à la question de l’hébergement: Via le Plan de Cohésion Sociale, la ville a également lancé un appel aux dons de produits de premières nécessité, indique Luperto. Ceux-ci affluent généreusement et sont rassemblés sur l’ancien site Samera à Tamines. En première intention, ils permettent de rhabiller les personnes accueillies à Sambreville. Le reste sera envoyé à la frontière ukrainienne en coordination avec la Province.

Une prise en charge aussi sociale et humaine

Un groupe de travail incluant une série de structures et d'intervenants mobilisés se réunit chaque semaine pour réfléchir l'encadrement de manière globale. "On y met sur pied des actions concrètes pour répondre aux besoins des réfugiés: cours de français langue étrangère, suivi d'insertion socioprofessionnelle, scolarisation et stages pour les enfants, suivi médical et psychologique." Une réunion d'information aux familles volontaires pour accueillir des Ukrainiens se tient aussi ce mercredi soir. La Ville réfléchit encore à trouver une solution plus structurelle de traduction pour faciliter les échanges entre les accueillants et les accueillis. Pour le moment, cela repose sur le volontariat et la disponibilité des personnes bilingues.

Enfin, les acteurs du logement que sont la société Sambr'Habitat et l'Agence Immobilière Sociale recherchent d'autres possibilités, notamment avec un projet d'habitat léger de qualité. "L'accueil mis en place est dès lors très complet, tant il est social, psychologique et de réinsertion socioprofessionnelle avec un volet essentiel de scolarisation et d'activités pour les enfants," se félicite le bourgmestre.