Youssef retrouvé grièvement brûlé sur une autoroute française

Le jeune Taminois de 24 ans disparu depuis vendredi aurait été retrouvé près de son véhicule en feu, sur une aire de repos, à Narbonne. L’heure est aux questions. Ses jours sont en danger.

Bertrand Lani

«C'est une issue surprenante et totalement imprévisible», a commenté Vincent Macq à propos de l'affaire Youssef Akantayou, ce Taminois de 24 ans disparu vendredi dernier. Lors d'un point presse extraordinaire, le procureur du roi a annoncé hier que le jeune homme a été retrouvé sur une aire d'autoroute du Sud de la France. «Ce midi, la zone Samson et la cellule disparition ont été informées par la police française qu'un véhicule incendié avait été retrouvé sur une aire de l'autoroute A9 en direction de Narbonne, avec, se trouvant à proximité, le corps du disparu.»

Ce dernier étant brûlé entre 80 et 90%, des devoirs d'enquête supplémentaires devront encore déterminer qu'il s'agit bien de Youssef Akantayou. Selon Vincent Macq, c'est en tout cas son véhicule ainsi que certains de ses effets personnels qui ont été identifiés sur l'aire de repos de Gasparets, à Sigean (Languedoc). «Tout laisse croire qu'il s'agit bien de lui mais des vérifications doivent encore être faites», poursuit le magistrat.

Nos confrères du Midi Libre ont indiqué que l’identification de l’automobile avait été rendue très compliquée car ses plaques d’immatriculation ainsi que son numéro de série avaient fondu.

Début d’incendie dans la garrigue

Toujours d’après le quotidien régional français, l’alerte a été donnée par une dame circulant elle aussi sur l’A9, vers 18h30, lundi dernier.

Lors de l’intervention des pompiers, le véhicule était à l’arrêt, la porte entrouverte. La victime se situait en contrebas de la carcasse incendiée. Le corps, lui aussi rongé par les flammes, aurait alors contribué à propager l’incendie dans la garrigue voisine. C’est ce qui a permis de localiser le conducteur, selon la rédaction du Midi Libre. Un hélicoptère s’est ensuite chargé de le conduire au CHU de Montpellier, où il est toujours actuellement. Son processus vital est sérieusement engagé. Il a d’ailleurs été plongé dans un coma artificiel.

Youssef retrouvé grièvement brûlé sur une autoroute française

«Aucune piste privilégiée»

Youssef roulait-il tranquillement sur l'A9 lorsque le feu s'est déclaré? Rien ne permet de le penser pour l'instant, d'après nos confrères français, mais «selon la police française, la thèse de l'accident n'est pas à exclure», indique quant à lui Vincent Macq.

Et le procureur du roi de Namur d’ajouter que la suite de l’enquête constituera à déterminer ce que Youssef Akantayou était susceptible de faire dans le Sud, alors que ses proches ne lui connaissent aucune relation dans la région.

Pour eux, c’est l’incompréhension la plus totale.

«La disparition a été signalée vendredi après-midi. M. Akantayou a mis près de quatre jours pour se rendre à Narbonne. Le trajet ne s'est donc pas opéré de manière directe. Qu'a-t-il fait entre-temps»? s'interroge Vincent Macq, qui reconnaît n'en être qu'au stade du questionnement. «Aucune piste n'est privilégiée.»

Pour rappel, la trace du jeune Younes avait été perdue à Velaine, dernier endroit où son GSM avait été renseigné comme actif. Battues et survols en hélicoptère dans le périmètre de l’E42 s’étaient avérés infructueux. Les enquêteurs de la Cellule disparition s’étaient également concentrés sur l’audition des membres de la famille, des amis et des collègues de travail du disparu et avaient retracé ses dernières activités et ses derniers contacts pour faire la lumière sur la disparition.

Il devait se rendre à Seraing

C'est sur l'E42 à Sambreville, où Youssef Akantayou, conducteur de clark, a été localisé la dernière fois grâce à son téléphone, vendredi dernier. Il avait quitté son domicile familial, situé rue des Bachères à Sambreville vers 12 h 30, à bord d'un véhicule Peugeot 207 gris métal de 2010, pour se rendre à Seraing. Il n'est jamais arrivé à destination et n'avait plus donné signe de vie. Le jeune homme venait de se marier et n'avait, a priori, aucune raison de prendre la fuite.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...