Sambreville: un élevage d'insectes comestibles

Un «incubateur» au zoning Sainte-Eugénie va accueillir quatre sociétés issues du pôle agroalimentaires des Facultés de Gembloux.

Samuel SINTE
Sambreville: un élevage d'insectes comestibles
insectes ©Reporters

Produire des micro-organismes à haute valeur nutritive ajoutée, des antioxydants ou des insectes à des fins alimentaires humaines… Trois applications de recherches scientifiques, trois domaines d’avenir dans le secteur agroalimentaire, trois projets de jeunes sociétés issues de la Faculté de Gembloux qui vont s’installer d’ici fin 2013 à Sambreville. Explications.

1 Un label universitaire pour Sambreville, un nid à spin-off pour Gembloux.

Le projet en question rencontre les objectifs scientifiques du pôle Agro-bio tech des Facultés de Gembloux (qui dépendent aujourd'hui de l'Université de Liège) d'une part, et les objectifs de développement économique de Sambreville d'autre part. « C'est parti de notre intention de créer un nouveau bâtiment à Gembloux, explique le vice-recteur Éric Haubruge, où développer les applications commerciales de certaines de nos recherches sur les nouveaux concepts bio-économiques.» Agro Bio Tech travaille sur l'agriculture et l'alimentation de demain. Sambreville de son côté réfléchit à son avenir économique. «La logique entamée il y a plusieurs années consistant à chercher à bénéficier des fonds structurels européens, à être reconnu comme zone franche trouve aujourd'hui une concrétisation» dit le bourgmestre Jean-Charles Luperto.

Le zoning Sainte-Eugénie porté par le BEP offre un espace idéalement situé, le créneau agroalimentaire, prioritaire dans plan Marshall permet de bénéficier de subsides. Tout cela a séduit les décideurs d’Agro bio Tech: «Dans notre logique de mise en réseau de structures, cela avait tout son sens.» De l’autre côté de la table, le titre de «ville universitaire» est un plus pour Sambreville: « C’est une attractivité supplémentaire, un label susceptible d’attirer d’autres investisseurs.» À terme aussi, si le projet suit le cours souhaité, les sociétés pourraient s’installer durablement dans la Basse-Sambre. Et y créer de l’emploi.

2 Un incubateur de quatre spin-off.

Concrètement, sur financement régional (via le ministre de l'Économie Jean-Claude Marcourt, un hall divisé en quatre parties de 250m2 va accueillir quatre spin-off d'Agro Bio Tech. Quatre sociétés qui vont se lancer et lancer sur le marché des produits issus de laboratoires gembloutois. La construction va démarrer en 2013 et les différentes productions sans doute fin 2013 début 2014. En espérant que l'emploi suive une logique de croissance aussi impressionnante que celle du monde des insectes.