Réveil au chant du coq

Adrien , 15 ans, entre dans le café. Il vient de faire chanter son coq dans le hangar situé derrière la Maison du Peuple de Pironchamps. Il est satisfait de son animal qui a bien fait ce qu'on attendait de lui ce dimanche matin. « Je m'intéresse aux chants de coqs depuis 4 ou 5 ans », confie-t-il. Ce qui lui a déjà permis d'apprendre quelques petites ruses d'éleveur... « Mon grand-père avait cette passion, mon père aussi. C'est à mon tour maintenant. J'aime prendre soin des coqs chantants. Hier soir, je l'ai rentré chez moi à la cave afin qu'il passe une bonne nuit, loin des poules... Il est très en forme ce matin ! » Criterium Fabrice Minsart La salle du café se remplit. Plus de vingt coq'tîs rentrent et rangent leurs cages sous les tables ou près de la porte. Parfois, un bouquet de longues plumes noires ou colorées dépassent des petites cages aérées par d'étroites ouvertures. De temps en temps aussi, un beau chant bien sonore et grave s'en échappe. L'ambiance est forte.

Réveil au chant du coq
11182352 ©© CPREC

Un attroupement se forme autour des officiels. Les coq'tî s fournissent les résultats obtenus. On attend le classement en buvant un café chaud, en jouant aux cartes, en plaisantant... La tradition des chants de coq est respectée.

Cependant, « les endroits où se pratiquent encore les concours de chant deviennent rares. En 2010, il n'en existe que 3 ou 4 dans la région, à Gosselies, à Baulet et à Auvelais », précise un des responsables du concours. L'échevin Fabrice Minsart soutient les organisateurs du criterium. Il remet les récompenses aux coq'tis. Il ajoute : « Aujourd'hui, nous remettons les prix aux vainqueurs du critérium. Les concurrents viennent d'Heppignies, de Baulet, de Charleroi, de Nalinnes ... » A côté de lui, Augustin caresse les plumes de son coq blanc, le vainqueur.P.R.