Pont-à-Celles sans pitié pour Solre

Le PàC a fait payer très cher leur manque d’efficacité à des Solréziens de plus en plus mal embarqués.

Étienne GILAIN
Pont-à-Celles sans pitié pour Solre
Johan Lardin veut que Solre garde son sort entre ses mains pour le maintien. ©ÉdA – Christophe Béka

Roch Gérard et ses hommes ne retiendront que les trois points empochés dimanche après un derby de très petite facture. «C'était notre objectif, de signer un 6 sur 6 face à deux menacés, des rencontres jamais faciles à négocier, résume le mentor du PàC/Buzet. J'en ai assez voulu au groupe de déjouer pendant quatre semaines: ces deux succès constituent un bon début de préparation en vue de la finale de coupe et du tour final.»

Ce n'est pas pour autant que l'entraîneur a apprécié la prestation de ses ouailles. Les enjoignant à plusieurs reprises de passer la deuxième, Roch Gérard sait le chemin qu'il reste à accomplir en un mois. «Cette victoire n'est pas volée mais elle est, quand même, tirée par les cheveux, reconnaît-il. Ce n'est pas la plus belle de la saison et nous la devons à la malchance et la maladresse de notre adversaire. Elle est, toutefois, importante.»

Roch Gérard revient sur la prestation des Tuniques Bleues qui ont bousculé ses protégés à plusieurs reprises. «C'est une équipe très jeune avec tout ce que cela implique de positif et de négatif. Il y a l'envie de s'en sortir et si Solre continue d'évoluer de la sorte, il va finir par se sauver.»

Néanmoins, seule la réalité mathématique compte. Un peu comme les buts. Ceux que les Tuniques Bleues n'ont jamais pu inscrire. «On peut s'imposer 0-3 mais on s'incline, peste Johan Lardin. Rien ne veut rentrer, il va falloir que cela change rapidement.» Et le match de retard que les Solréziens disputeront ce week-end, n'en a que plus d'importance. «Ce que nous voulons, c'est garder notre sort entre les mains, commente le joueur-entraîneur erquelinnois. Cela passe par un résultat positif contre Péruwelz.»

Après le derby, la leçon d'efficacité laissera des traces. «Pont-à-Celles/Buzet nous a fait très mal en reconversion offensive, explique Johan Lardin. Notre adversaire nous a laissé la possession et cela n'a pas été évident: nous ne sommes pas habitués à faire le jeu.» Toutefois, avec autant de possibilités, les Tuniques Bleues auraient dû, au moins, faire douter leur adversaire.

Les plus consultés depuis 24h