C’est fou comme on se déteste

Vaccination, supracommunalité, droit des femmes etc. Les questions d’actualité de la minorité ont polarisé le débat.

Pierre Wiame
C’est fou comme on se déteste
Le collège n’a pas renoncé à la séance en mode présentiel malgré la reprise de l’épidémie. Une décision dézinguée par la minorité.

Retour dans le monde merveilleux d’avant le Covid-19: une séance en présence physique, dans les installations du nouveau circuit Jules Tacheny, avec distanciation sociale, masque, gel et, nouveauté, un pupitre devant lequel les élus viennent réagir comme devant un jury. Tous se revoir, quoique distants, c’eût été grisant. Sauf que la séance a été glaciale. Pourquoi oser le débat en tour de table, en plein resserrage de vis, et par pupitre interposé? Un œuf à peler, en face-à-face, avec un élu de la minorité, Jean Adam, et un ras-le-bol du virtuel dont l’audience démultipliée inspire des tribunes politiques et une culture de l’opposition systématique. Les conseils durent des plombes. Paradoxe: la séance est retransmise