Mettet : le projet de onze éoliennes refait parler de lui

Onze éoliennes sur le plateau de Graux? On en parlait en 2009. Les riverains s’étonnent de voir les choses bouger. Ça suit son cours, dit le promoteur.

Samuel SINTE
Mettet : le projet de onze éoliennes refait parler de lui
éoliennes ©Archives ÉdA

Le promoteur n’est plus Greenwind, mais Gestamp, et ce pour une simple raison de changement de nom de la société (lire ci-dessous). Mais à part cela, le projet n’est pas différent.

On parle toujours bien de construire 11 nouvelles éoliennes sur le plateau entre Mettet, Pontaury, Bossière et Graux. Cela avait fait l’objet d’une réunion d’information en juin 2009, où le promoteur avait reçu un accueil plutôt frileux de la part de la population.

Depuis, on n’en parlait plus trop. Du coup, des habitants de Bossière ont été un peu surpris de rencontrer des gens d’un bureau d’études venus sur place installer des appareils de mesure ces derniers jours. Selon ces riverains, dont un aurait déposé plainte, cela se serait fait notamment en terrain privé, sans autorisation. L’un d’eux aurait déposé plainte.

Mais au-delà de cet élément, ils s'étonnent de voir resurgir ce projet. Pour le collectif «Molignéole», qui milite durement contre les projets éoliens dans le paysage de la région, Thierry Toussaint questionne: «De quoi s'agit-il? On se souvient qu'en 2009, la société Greenwind, s'asseyant sur tout le passé éolien de la région avait en effet du faire face à des riverains déterminés qui ne voulaient pas voir se recréer le projet Mesa par petits bouts. Qu'est-ce que ce mystérieux dossier peut donc être d'autre qu'un ancien dossier remis à jour?»

Ce n'est pas exactement ça, comme l'explique M. Henriet, de la société Gestamp, que nous avons contacté: «C'est tout simplement le même projet qui suit son cours, en l'occurrence celui de l'étude d'incidence qui a été confiée au bureau SGS. Ce que les riverains ont vu c'est l'installation d'un mât d'une vingtaine de mètres de haut qui sert à mesurer la fréquence du passage des chauves-souris à la lisière du bois.» Le promoteur n'a donc pas abandonné son projet, loin de là: «L'étude d'incidences doit tenir compte de toutes les données environnementales et, en fonction de cela, elle réduira éventuellement le parc de l'une ou l'autre éolienne. Le projet en compte 11 au maximum, mais ce pourrait être 7 ou 8 au final qui seront construites.» Pour autant, bien sûr, que le permis soit accordé. Bien conscient qu'il a affaire à des opposants qu'on peut qualifier de déterminés, le promoteur ne préjuge pas. Mais, dans son timing, il envisage que l'étude d'incidence sera bouclée d'ici la fin de l'année ou début 2013. Suivra le dossier de demande de permis, avec un feu vert ou rouge qui tomberait à l'été.