Spy: âmes sensibles s’abstenir, l’humour noir et blanc peut être haut en couleur avec Gilson et Hausman (photos et vidéo)

Jusqu’au 10/07, la galerie Aarnor accueille les trublions Hugues Hausman et Bruno Gilson. Entre hommages et délires. Dédicaces, samedi.

Alexis Seny

"J e me suis retrouvé une seule fois face à André Franquin, dans un bistrot d’Auderghem. J’étais tout jeune. Je n’ai osé lui poser qu’une seule question sur un dessin. En trois secondes, il a fait un crobard, puis m’a demandé mon avis et je suis parti. Aujourd’hui, je ne le lâcherais plus, pendant trois heures minimum! " À entendre Bruno Gilson et à voir ce qu’il dessine, depuis ses premières émotions de lecteurs, le papa du Marsupilami est sa référence ultime.

En témoignent ses dessins hommage, inlassables, au bestiaire façon Franquin mais surtout à Gaston Lagaffe et Mademoiselle Jeanne. En pleine nuit, sous une tente, on se demande ce que ces deux amoureux platoniques peuvent trafiquer. Suggestion et double-sens, en prenant soin de ne pas dépasser les limites. " Ce sont des pièces uniques, pas question de faire commerce de multiples exemplaires. Ces dessins sont faits d’après et dans l’esprit de Franquin. Pas question de dénuder ses personnages, d’aller plus loin que ce qu’il a bien voulu montrer dans ses albums. Il ne s’agit pas non plus de le copier. " Mieux vaut le dire à l’heure où la relance de Gaston Lagaffe par un autre artiste fait débat jusqu’au tribunal de première instance et où on ne s’assied plus sur la propriété intellectuelle.

 Gaston Lagaffe et sa ménagerie, un clin d’œil de Bruno Gilson.
Gaston Lagaffe et sa ménagerie, un clin d’œil de Bruno Gilson. ©Gilson d’après Franquin

Reste que les clins d’œil sont permis, comme prolonger la voie ouverte par Franquin, dans l’humour tout public, mais aussi ses célèbres idées noires, à réserver à un public averti, à préserver des désespérés. Un registre noir sur blanc, plongeant dans les tréfonds de l’humanité mais finissant toujours sur une chute humoristique, carnassière et salvatrice. Mort, folie et autres désespoirs passés au vitriol. De quoi donner de nouvelles idées à Bruno Gilson et Hugues Hausman, aux scénarii. Et un premier tome de Dessins Obscurs est né, le deuxième cogite. " Attention, ce ne sont pas les Idées noires 2, présente Bruno, c’est un projet cousin, avec un style graphique et un humour qui ne sont pas dans la même veine que celle de Franquin. "

Le noir et blanc, ça va avec tout… mais pas avec tout le monde

Au détour des cimaises, tout le monde en prend pour son grade, ce qui fait bien marrer le galeriste d’Aarnor, Denis Javaux. " C’est osé. Riches, pauvres, hommes, femmes, tout le monde en prend pour son grade. Celui-là – on y voit un homme lancé au chien Kiki un bâton… de dynamite à rapporter à “mamy” –, c’est obligé: un beau-fils va l’acheter. " Mais des dessins en noir et blanc, peut-on les afficher aux murs de chez soi? " L’avantage, reprend le galeriste, c’est que le noir et bien, ça va avec tout. Il y en a certains que je vois bien être accrochés à la cuisine, ou dans le salon, dans la chambre à coucher ou dans le cabinet du médecin. Ou le patient partira, les jambes à son cou, ou il rigolera de bon cœur. "

 Les dessins obscurs portent bien leur nom, dans le dessin comme le texte. Bientôt publiés aux Éditions Noir Dessin Production. La boucle sera bouclée.
Les dessins obscurs portent bien leur nom, dans le dessin comme le texte. Bientôt publiés aux Éditions Noir Dessin Production. La boucle sera bouclée. ©Hausman/Gilson

Et au milieu de ses personnages forts en ombres (comme si on lisait les négatifs), les textes et punchlines d’Hugues Hausman détonnent. Il faut dire que l’homme de planches (de théâtre comme à dessiner) aime faire court et direct, provoquant. Notamment dans ses Calembredaines, saynètes jouant avec les mots et les concepts, fusionnant des mondes qui n’auraient jamais dû se rencontrer. Quelques-unes, de choix, sont elles aussi exposées.

Spy: âmes sensibles s’abstenir, l’humour noir et blanc peut être haut en couleur avec Gilson et Hausman (photos et vidéo)
©Hausman

" Quand je me suis adressé à lui, reprend Bruno, Hugues avait de la réserve. Il a sélectionné dans son catalogue de calembredaines prédessinées les plus adaptées à l’humour noir. " Rien ne se perd, tout se transforme disait l’autre, y compris le vitriol.

Spy: âmes sensibles s’abstenir, l’humour noir et blanc peut être haut en couleur avec Gilson et Hausman (photos et vidéo)
©Hausman/Gilson

Pour revenir à un peu de douceur et de sensualité, une dernière partie de l’exposition fait la part belle à quelques muses imaginées par Bruno Gilson, dans l’esprit de Walthéry (le papa de Natacha et Rubine, autre vénérable influence du Bruxellois), pour accompagner un prochain album collectif: Bulles gourmandes, patronné par le chef liégeois Louis Meynsbrughen et vantant les mérites des accords mets-bière ou -champagne. Tout un programme servi par quelques héroïnes pétillantes.

Spy: âmes sensibles s’abstenir, l’humour noir et blanc peut être haut en couleur avec Gilson et Hausman (photos et vidéo)
©Gilson

Spy: âmes sensibles s’abstenir, l’humour noir et blanc peut être haut en couleur avec Gilson et Hausman (photos et vidéo)
©Gilson d’après Walthéry

Dédicace le 02/07 de 14h à 17h. Expo-vente visible le ve. de 15h à 18h30, le sa. de 11h à 18h et le di. de 11h à 13h. Au 1, rue de la Sauvenière, Spy.

galerie-aarnor.be