Jemeppe-sur-Sambre : des appartements trop exigus, une guerre totale entre voisines

Insultes, menaces et coups… Entre ces voisines, c’est la guerre totale. L’une d’elle va être forcée de déménager et de quitter son logement jemeppois. « C’est honteux », râle-t-elle.

Samuel Husquin
 La police de Jemeppe avait même annoncé qu’elle passerait toutes les semaines pour gérer les tensions.
La police de Jemeppe avait même annoncé qu’elle passerait toutes les semaines pour gérer les tensions. ©ÉdA – 10421663290 

Le type d’habitat peut aussi avoir un impact sur les relations de voisinage.C’est en tout cas ce qu’avance MeSerge Herbecq qui parle d’appartements trop exigus et d’une trop grande promiscuité qui ne génère pas spécialement l’harmonie.

Evelyne, 66ans, n’a aucun antécédent judiciaire.Mais pour une première face au tribunal correctionnel, c’est "pas piqué des vers", comme le qualifie Axel Delannay, pour le procureur du roi.

Dépressive, la Jemeppoise connaît des relations tendues avec sa fille.Et tout cela est largement arrosé d’alcool.

Le voisinage en pâtit et Joanna se trouve d’ailleurs au premier rang.Menaces, insultes, harcèlement et même des coups… Les rapports de voisinage sont exécrables. "Et j’ai encore reçu des menaces il y a quelques jours", intervient Joanna, à l’audience correctionnelle. "Elle a écrit sur ma porte: Salope, je vais vous tuer tous les trois ." La police de Jemeppe a été appelée à la rescousse. "Ils avaient dit qu’ils passeraient toutes les semaines pour surveiller.Mais ils ne sont venus qu’une fois", déplore la partie civile. "C’est moi qui vais être obligée de déménager.C’est honteux…" Remettre de la distance entre les protagonistes, c’est en effet la voie la plus évidente.Dans l’attente du jugement prononcé le 27 juin.