Pour jauger le potentiel de l’ancienne décharge d’Onoz

À Onoz, une ancienne décharge fait l’objet de mesures scientifiques. Un programme de tests financé par l’Europe.

Bruno MALTER

Quelques plots reliés à des fils électriques ont été plantés dans le sol. Depuis quelques semaines, le massif de déchets de l'ancienne carrière d'Onoz est scruté par les scientifiques et spécialistes de l'étude des sous-sols. «Les techniques employées s'inspirent de l'imagerie médicale, sauf qu'elles s'appliquent à l'étude du sous-sol», explique l'ingénieur Renaud De Rijdt, directeur de la société Atrasol. Elles ont déjà cours dans le secteur de la prospection minière. «La première phase du projet Rawfill vise à étudier la possibilité de récupérer certaines matières enfouies dans les décharges», complète Claudia Neculau, coordinatrice du projet pour le compte de la SPAQuE.