Pèlerinage aux baguettes, une tradition fossoise

La Confrérie Saint-Feuillen, de Fosses, a fait revivre ce dimanche une tradition de plus de 1 300 ans: le pèlerinage aux baguettes.

Christian MASSET

On a béni les baguettes à Fosses-la-Ville ce dimanche, histoire de protéger le cheptel comme l'a expliqué Maurice Gustin de Sart-Saint-Laurent: «C'est un pèlerinage important pour nous les agriculteurs, mon père y venait déjà. C'est une tradition importante on se retrouve entre nous. Ma baguette va être posée dans l'étable comme mon père l'a fait tous les ans et ça, j'y tiens. »

Cette tradition est l’occasion d’une journée de fêtes pour les Fossois. Dès 10 h, la philharmonique de Fosses a fait résonner les notes, au cours d’un concert qui a rassemblé un nombreux public. La cérémonie a ensuite commencé avec tout le cérémonial requis. C’est sous un chapiteau avec vue sur la chapelle Sainte Brigide que la messe a été célébrée; sa rénovation est en cours.

Tous les confrères de Saint-Feuillen, revêtus de leur simple bure, ont rallié le site. Chacun tenait en main la fameuse baguette de coudrier pelée, que le curé a bénite durant l’office.

La célébration a été rehaussée cette année par la présence des confrères du Rœulx et les confrères de Sainte-Gertrude de Gerpinnes. Les chants mélodieux ont porté avec ferveur le culte de sainte Brigide de Kildare.

Le pèlerinage aux baguettes a ensuite démarré. Il est un héritage des lointaines traditions irlandaises, qui consiste en la bénédiction de baguettes apportées par les éleveurs à la chapelle Sainte-Brigide. Dès la fin de la célébration, ceux-ci les rapportent dans leur étable afin de protéger leur cheptel. Durant l’office, les confrères ont frotté leur baguette sur la statue de sainte Brigide. Celle-ci est un reliquaire datant de la fin du XVIIe siècle et représentant la sainte en costume de chanoinesse.

Gestes ancestraux

À la fin de la célébration, tous sont ensuite sortis du chapiteau pour entamer la procession rogatoire. Il est de tradition de faire trois fois le tour de l’édifice dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, mais un seul a été effectué. Tout en chantant, les confrères ont exécuté les gestes ancestraux en frottant leur baguette sur une croix remarquable logée dans le mur extérieur de la chapelle, ce qui accrédite l’hypothèse de l’édification à cet endroit, près du home Dejaifve, d’un oratoire dédié à sainte Brigide au VIIe siècle.

Si le point d’orgue de la journée a été le pèlerinage aux baguettes, celle-ci a ensuite été émaillée d’animations culturelles diverses et d’un grand dîner.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...