Tout premier pas vers Miss Belgique

Une Fleurusienne de 18 ans, Amandine Charlier, est candidate Miss Hainaut pour Miss Belgique 2017. Parcours d’une combattante.

Benoît Wattier
Tout premier pas vers Miss Belgique
À 18 ans, la jeune Fleurusienne s’est déjà distinguée dans un concours de beauté auquel elle a participé en 2015. ©ÉdA – B.W.

Yeux bleus aux nuances changeantes au gré de la lumière, chevelure blond vénitien qui trahit à peine du sang italien, un large sourire… Amandine Charlier ne manque pas d’atouts pour séduire le jury et le public qui, le 28 août prochain, désigneront les Misses des provinces francophones. Un concours qui ne sera peut-être qu’une étape pour les participantes puisque, par la suite, les élues et leurs dauphines de toutes les provinces du royaume s’affronteront pour le titre de Miss Belgique 2017.

Deuxième concours

L'aventure ne fait donc que commencer pour cette jeune Fleurusienne qui, malgré ses 18 printemps, n'est pas une débutante. «C'est la deuxième fois que je participe à, un concours de beauté, confie-t-elle. En 2015, j'ai eu la chance de faire partie des dauphines de Miss Élégance Belgium qui rassemblait 70 participantes.» Une distinction récompensée par un voyage au Portugal, mais qui lui a aussi permis d'attirer sur l'attention, et pas de n'importe qui… «La production de TF1 m'a proposé de participer à l'émission de téléréalité Bachelor, mais je n'étais pas encore majeure. En revanche, j'ai tourné dans un film sur le train du futur, dans les studios Dreamwall, chez Dupuis.»

Une expérience enrichissante, donc, pour cette étudiante en bioesthétique à Etterbeek… qui avait aussi été remarquée, manifestement, par l'organisation de Miss Belgique. «Je me suis inscrite à la suite d'une sollicitation via Facebook. J'ai eu la chance d'être retenue dans la sélection. C'est une aventure exceptionnelle que je dois vivre maintenant ou jamais. J'aime me fixer des défis et me prouver que je suis capable de les relever.»

Lobbying intense

L’aventure commencera dès ce vendredi, à Anvers, où 220 candidates défileront en bikini pour une marque réputée. Des interviews sont aussi prévues. De quoi se faire connaître et s’acclimater en prévision du 28 août. D’ici là, des événements seront organisés, notamment ce lundi sur le site des barrages de l’Eau-d’Heure où les candidates hennuyères seront réunies. Ces deux mois d’été seront aussi ceux d’un lobbying intense pour séduire le public qui, par SMS, pourra voter pour la candidate de son choix.

Amandine Charlier n'a pas de préparation particulière. «C'est au feeling. Si on réfléchit trop, ça ne va pas», dit-elle. Ex-danseuse et adepte du fitness, la candidate fleurusienne dit se sentir à l'aise au défilé, devant les objectifs, et en culture générale. «J'ai juste une appréhension pour le néerlandais si par bonheur je fais partie de la sélection pour Miss Belgique. Mais une formation est prévue dans ce cas.»

Si, on s'en doute, la candidate rêve d'aller le plus loin possible dans le concours, elle se montre aussi philosophe et pragmatique. «Je prends moi-même en charge mon maquillage. Ma participation peut me servir pour mon futur boulot.»