« Ville propre », plus qu’un slogan

La Ville a voulu sensibiliser les citoyens au combat livré chaque jour par les ouvriers communaux pour que leur ville reste propre

Pol RECTEM

Mercredi, sur la place Albert 1er , les équipes des ouvriers communaux en charge de la propreté de la ville de Fleurus étaient à l’œuvre devant un public citoyen. Un grand nombre d’élèves, des écoles des environs, sont venus découvrir les différents moyens dont disposent les ouvriers pour que la ville soit propre. L’échevin des travaux Loïc D’Hayer et le bourgmestre Jean-Luc Borremans étaient présents, accompagnés du directeur des travaux Jean-Philippe Kamp et du conducteur des travaux Grégory Hannecart.

Des écoliers ont assisté à la démonstration du fonctionnement des outils employés dans le combat pour la propreté urbaine: une balayeuse grand volume et un imposant camion de nettoyage de filets d’eau et d’accotements fonctionnaient dans le périmètre de la place.

Les curieux se sont aussi essayés au fonctionnement des Gluttons, électriques, non polluants et silencieux. Prochainement, la Ville complétera cet équipement en achetant deux nouvelles balayeuses, plus étroites, munies d’un bras télescopique pour nettoyer les venelles et les artères étroites, nombreuses au centre-ville. Un peu plus loin, un stand de l’ICDI intéressait les enfants. Ils y prenaient conscience des précautions nécessaires à la propreté de l’environnement.

La Ville cherche des complices

La Ville rappelle, à nouveau, aux riverains les règles en matière de propreté publique, de dépôts clandestins, d’entretien des trottoirs. En 2014, Fleurus a dû augmenter le montant des amendes liées aux sanctions administratives en cas d’incivilités et de dépôts sauvages. Ils sont passibles d’une amende de 50€ à 100 000€. Un effort est donc encore nécessaire pour que la ville devienne agréable.

Selon le bourgmestre, les mesures de sensibilisation nouvelles pourraient amener le citoyen à prendre part de façon concrète à l’action menée par les services communaux. Le citoyen deviendrait un allié dans cette lutte. Les citoyens qui le désirent peuvent s’inscrire comme «Ambassadeurs de la propreté» pour leur quartier. Ils seront informés et sollicités lors du lancement de l’initiative communale, les «Quartiers propres».

Quelques réalisations

L’emploi du logiciel «Betterstreet» a été ouvert à la population fin août 2015. Il permet une collaboration citoyenne et informatisée, en contact direct avec le service des Travaux. Le citoyen photographie avec son GSM toute incivilité remarquée, il transmet photos et géolocalisation au service des Travaux, qui réagira le plus vite possible.

Depuis son implantation, 1087 demandes d’intervention ont été rentrées. Parmi elles, 533 demandes d’interventions en domaine public ont été enregistrées. Résultats: 359 cas sont résolus, 9 sont planifiés, 82 sont en traitement et 17 restent ouverts. En ce qui concerne les dépôts clandestins, sur 109 demandes d’interventions, 51 cas sont résolus et 14 sont en traitement.

En 2016, un label de Quartier Propre sera délivré aux quartiers les plus propres, les plus fleuris et les plus agréables à vivre.