Répandre ses cendres dans la forêt wallonne

Pour la première fois en Belgique, il sera possible de répandre les cendres d’un défunt en pleine nature. Le site se situe à Fleurus.

Frédéric DUBOIS
Répandre ses cendres dans la forêt wallonne
Foret souvenir.jpg ©Les Arbres du souvenir

En Belgique, 55% des défunts choisissent l'incinération. Mais pour leurs proches, les lieux de recueillement sont assez restreints et certains éprouvent des difficultés à entretenir la mémoire d'une personne au pied d'un columbarium ou d'une pelouse de dispersion. Pour la première fois en Belgique, la fondation Les Arbres du souvenir offre une alternative à la fois originale et respectueuse.

Faire de la forêt un lieu de vie

«C'est une pratique répandue dans de nombreux pays, comme le Royaume-Uni ou le Luxembourg, mais pas encore chez nous, explique Alexia Willems, responsable opérationnelle de l'ASBL. Nous venons d'acquérir une parcelle de 11 hectares voisine de la Forêt des loisirs de Fleurus. Concrètement, cet espace boisé et planté de nombreuses espèces végétales servira de lieu de mémoire. Il y aura effectivement la possibilité d'y répandre les cendres d'un défunt, d'y planter un arbre spécifique ou d'apposer une plaquette commémorative sur le futur mémorial ou sur un arbre. On peut imaginer, par exemple, qu'une famille adopte le même tronc et qu'au fil des années, les plaquettes de ceux qui sont partis plus tôt remontent petit à petit vers la cime.»

En matière de crémation, la loi belge autorise la dispersion des cendres dans l'enceinte d'un cimetière, en mer ou sur un terrain privé, à condition d'obtenir l'autorisation du propriétaire. C'est justement l'objet des Arbres du souvenir auprès de laquelle il suffit d'introduire une demande. L'acte est gratuit, mais un don à l'association reste le bienvenu puisqu'elle se charge d'entretenir la forêt et d'en faire un lieu de vie.

«Des projets environnementaux, citoyens et artistiques vont s'y développer, poursuit Alexia Willems. Nous envisageons des parcours de sensibilisation à l'écosystème et un programme de régénération de l'abeille sauvage. Des artistes pourront également exposer des œuvres qui s'intégreront dans la nature. Et nous avons déjà développé un partenariat avec Solidarcité, dont l'objectif est de soutenir les jeunes en décrochage. Notre but, c'est que cette forêt du souvenir soit un lieu de recueillement vivant où les personnes proches des défunts peuvent trouver un apaisement plus important.»

Aussi pour d’autres deuils

Le site ne sera pas exclusivement dédié aux personnes incinérées, mais bien à l’ensemble des défunts. Ainsi, dans le cadre d’un deuil périnatal, une maman qui n’a pu récupérer le corps de son bébé peut trouver un espace de recueillement dans la forêt du souvenir. Idem pour une personne qui aurait des difficultés à fréquenter le cimetière où un proche est enterré.

La Ville de Fleurus, qui a également racheté un terrain voisin pour accroître la forêt des loisirs, espère collaborer avec l’ASBL afin de permettre une intégration mutuelle des deux espaces verts. Le site de mémoire sera quant à lui inauguré le 30 octobre prochain. Mais deux arbres sont d’ores et déjà réservés.

www.arbresdusouvenir.be

Les plus consultés depuis 24h