Un tout petit derby

Fleurus 78 Pont-de-Loup 34

D.A.

18-11, 17-7, 26-5, 17-11

CEP: Mukeba 10-13, Drygalski 4-8, Goossens 2-0, P.Foerster 1-4, Bossart 9-12, Vandenberghe 2-0, Meunier 2-2, Mazzara 3-2, D’Angelo 2-0, Waterlot 0-2.

SPIROU: Tavernini 8-7, Raziano 7-2, Ntumba 0-2, Cramazou, Elabouri, Vianini, Zammataro 0-3, Van den Bergh, Poisson 3-2, Palix.

Ce derby a été à sens unique, comme le renseigne son score final. Les joueuses de Roberto Betti n’ont pu faire qu’aveu d’impuissance au-delà des dix premières minutes. Et encore. Les visiteuses ne suivirent, rapidement à distance, le mouvement imprimé par les Fleurusiennes que grâce à quelques coups d’éclat de Raziano et Tavernini. En face, cela virevoltait déjà en tous sens. Les zones n’empêchaient par Mukeba et Drygalski de dominer dans la raquette adverse, tandis que Bossart augmentait son volume de jeu. Mais c’est avant tout par sa défense et un tempo élevé que Fleurus se décramponnait définitivement un adversaire réduit au silence.

Et cela n’allait pas s’améliorer au fil des minutes. Le retour aux vestiaires (35-18 au repos) ne permettait pas aux visiteuses de retrouver leur esprit et, surtout, de l’allant. Au contraire, le calvaire se poursuivait à la reprise. Les passes n’arrivaient guère. Les pertes de balle se multipliaient. Les fautes se faisaient aussi de plus en plus lourdes. Mukeba et Bossart n’en avaient cure. Thierry Foerster n’hésita cependant pas à faire tourner au maximum son banc, jusqu’à effectuer cinq remplacements d’un seul coup. Cela équilibra à peine les échanges dans le dernier quart (61-23 à la demi-heure).

Tout n’aura pas été noir hier pour les Lupipontaines puisque la P2, malgré l’absence de Sandy Tavernini, a enlevé le choc au sommet disputé juste auparavant à Baulet.

Dom.A.