Permis octroyés pour l'extension de la ligne de métro Charleroi-Châtelet

Cette fois tous les signaux clignotent au vert. Les permis d’urbanisme viennent d’être signés.

Didier Albin
 La ligne de métro permettra de rejoindre la ville haute au Cora, au futur hôpital et à un retail park.
La ligne de métro permettra de rejoindre la ville haute au Cora, au futur hôpital et à un retail park. ©EdA - 60397352152 

C’est une excellente nouvelle pour la mobilité à l’est de Charleroi: Le fonctionnaire délégué du SPW Raphael Stokis vient de signer les deux permis d’urbanisme pour l’achèvement de la ligne de métro numéro 5, à destination du futur Grand Hôpital de Charleroi sur le site des Viviers à Gilly.

On le sait: Il s’agit de l’un des projets retenus dans le cadre du plan de relance wallon. La ligne a été partiellement construite. Elle va de la station Waterloo (ville-haute) jusqu’à Châtelet. Elle est desservie par six stations, quatre jusqu’au Centenaire qui sont terminées, et deux autres en gros œuvre au Roctiau et à Champeaux.

On prend mieux la mesure de l’investissement effectué quand on sait que l’antenne de 5,1 km est déjà équipée en rails sur la moitié de sa longueur. On en attend l’achèvement depuis 37 ans ! C’est en effet en 1986 qu’elle a été abandonnée.

L’opportunité qui se présente est une chance pour la mobilité et le climat. Au-delà du Centenaire, les travaux de gros œuvre sont réalisés jusqu’au centre commercial Cora, où la ligne passe en tunnel. Il faut installer les voies sur environ 1,1 km puis prolonger l’antenne qui comptera deux arrêts supplémentaires.

Un retail park à la gare terminus

À hauteur du Cora, il reste encore 1 500 mètres à créer. Les permis octroyés prévoient le passage du métro en dessous de la route de Châtelet-Gilly, et plus précisément du rond-point.

De l’autre côté, un promoteur immobilier a obtenu son feu vert pour l’aménagement d’un retail park. La Ville de Châtelet, celle de Charleroi et même le fonctionnaire délégué s’étaient pourtant opposés à ce projet, mais le recours introduit auprès du ministre wallon de tutelle a abouti à l’octroi du permis.

Les travaux préparatoires ont débuté. C’est là que l’extension de la ligne remontera en surface, un accord a pu être trouvé avec le promoteur pour dégager l’espace nécessaire. Dans les autorisations qu’il a signées, Raphael Stokis a imposé des conditions. Parmi elles, le placement de parkings à vélo dans chacune des huit stations, avec un minimum de 25 places. Et l’installation d’écrans anti-bruit pour protéger les zones habitées des nuisances sonores. Dans la dernière portion, le métro circulera en tranchée: la station des Viviers en constituera le terminus, à proximité du futur hôpital.

Si les choses ne traînent pas, le chantier pourrait déjà commencer à l’automne prochain pour une mise en service de l’antenne en 2026.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...