Beaumont : "Je menace, mais je ne frappe jamais"

Jean-Pierre, poursuivi pour des coups répétés, n’est pas un homme violent – à l’entendre. Il menace tout le monde de mort et explose des portes. Mais porter des coups ? Jamais.

JVK
 Le prévenu risque un an de prison. Le parquet ne s’oppose pas au sursis.
Le prévenu risque un an de prison. Le parquet ne s’oppose pas au sursis. ©ÉdA – 60389574492 

Qui ment ? L’homme menaçant ou la femme battue ? S’il reconnaît aisément que quand il boit, ses paroles dépassent sa pensée, Jean-Pierre ne fait pas pareil avec ses poings, promis-juré-craché. Ce n’est pas la version de Marie, son ex-compagne, ni de Blaise, le frère de cette dernière. Et le ministère public a plutôt tendance à croire le frère et la sœur, qui se sont plusieurs fois retrouvés avec des coquards, des bleus, des hématomes et des fractures. Manu, un ami, dit d’ailleurs avoir été frappé à plusieurs reprises. Il a même été poussé violemment au sol et roué de coups par Jean-Pierre. Parce qu’il s’était rapproché de Marie et que cette dernière venait – une énième fois – de rompre avec Jean-Pierre.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...